Météo El Djazair

Algérie: Le Coup de Coeur

Tourisme

Après avoir stagné durant des années, avec respectivement des valeurs du point indice de -30 pour les agences de voyages et 70 pour l’hôtellerie, l’indice de confiance global (tous secteurs d’activité touristique économique confondus) clôture l’année 2017 avec le retrait de son ministre comme un malpropre au début d’une saison touristique hautement stratégique. Ramadhanesque et après Ramadhane.


Toutefois, la détérioration du climat des affaires durant ces dernières 15 années est à relativiser si on compare les occupations de ce poste politique par les différents acteurs passés , pratiquement tous les ministres passés étaient issus de l’Islamisme politique, qui par définition sont en rupture idéologique avec le développement culturel comme on l’entend et forcement contre le tourisme.

Cela fait donc longtemps que déjà l’indice de confiance du tourisme Algérien correspondant a toutes les négativités: Comparativement aux années 1970 comme aime a le souligner Mr Said Boukhlifa spécialiste stratégique du développement économique du tourisme.

Lire la suite

 

Tourisme a l’agonie!

Au delà des déclarations euphoriques ministérielles, ce cache le néant. Les experts en tourisme ne scrutent la réalité officielle du secteur qu’à la recherche des moyens d’entretenir la vie du système considéré comme un ensemble de lois éternellement obsolètes.

Des slogans de campagnes répétés, des intentions douteuses dans des projets alignés pour réaliser certains Hôtels aux normes internationales, et des surenchères de promesses pour un tourisme de qualité, sans investisseurs sérieux n’est venu encourager le secteur.

Pourtant depuis les années 2000 à ce jour, le tourisme Algérien n’a vécu que dans une situation barbare du point de vue du développement du tourisme en Algérie. Depuis 2005 a ce jour, les régions touristiques tel que le Tassili, le Hoggar et la Saoura ont étés fermés violement au nez des voyagistes, accompagnés par une indifférence destructrice pour le capital investissement a cause d’un doute sécuritaire(?) dans des contradictions internes ou externes du ministère, se sont exacerbes a l’extrême.

En examinant cette réalité, il n’est pas nécessaire de larmoyer sur les misères croissantes des services hôteliers et des transports durant et en dehors des saisons estivales. Ni pour rechercher des remèdes a la machine touristique grippée en proie aux pires difficultés, mais de dénoncer, une fois encore le renforcement de l’exploitation et de la barbarie dans laquelle agonise le secteur. L’affaiblissement strictement économique du tourisme, est du a son enfermement dans ces propres contradictions a tous les niveaux.

Quelque soit les déclarations et annonces faites par sa tutelle, elles restent énormes et loin des réalités. Les statistiques, tendent à mettre en évidence les faillites et les faiblesses de ces fonctionnaires qui renforcent négativement une démarche déjà tragique. L’actuelle équipe en charge du secteur de la communication et l’investissement excellent dans les faiblesses.

 

Le bilan économique est la, et nous distingue a travers deux aspects, la réalité. Tourisme et investissement étranger…Étroitement lies et dépendants l’un de l’autre, mais pas moins distincts. D’une part le manque d’évolution d’une promotion sérieuse et intelligente du secteur suivis d’une évolution mécanique négative des services. La machine administrative de part ses contradictions ne pourra compter sur un développement touristique, encore moins a travers les associations et fédérations qui font dans l’opportunisme et l’incompétence.

Lire la suite

 

Entretien avec Mme Amel Karboul, ministre tunisienne du tourisme

alt

Madame A.Karboul est un trésor d’efficacité. L’impression qui se dégage de cette dame, semble essentielle dans la gestion des ressources touristiques Tunisien.
Elle amène automatiquement sur une même ligne, différentes composantes sur les besoins, les ressources et les règles de planification. À chacune de ces étapes, elle vérifie si les modifications apportées sont conformes aux réglementations sociales en vigueur comme sur la réglementation du travail, depuis la révolution de Jasmin.
Améliorer les performances énergétiques des services touristiques et se fixer des objectifs est un enjeu national important pour madame la ministre du tourisme Tunisien. Tous ces programmes sont-ils réalisables ou réalisés ans un chantier politique colossal appelé à renverser des montagnes de mauvaises habitudes, de conformisme dans un comportement religieux d’aveuglement est une autre affaire. Mais dans l’esprit de madame Karmoul, ces projets – comme d’autres sont inspirés d’une seule logique – celle qui se présente comme la dernière chance de survie pour relever une Tunisie démocratique et efficace. Sinon, des déchirements aux conséquences irréparables s’imposeront d’eux-mêmes.


DJAMEL ARABIE :
Madame la ministre, Vous gérez un potentiel touristique important dans lequel il y a un Park hôtelier à bichonner de toute évidence. Avez vous un politique de développement autre que celle connue jusque la et ou trouvez vous les hommes et femmes professionnels pour gérer cela ?

 


Lorsqu'on cherche à relever les services de l’hôtellerie qui sont déjà très bien, il n'est pas facile de déterminer avec certitude le nombre d'étoiles que l'on va obtenir en se fiant uniquement aux différents attributs de sa fiche. Et quand on pense tenir le bon, il arrive parfois d'être déçu en ne voyant qu'un misérable 3 ou 3,5/5 sur l'atelier souhaité. Heureusement, l’expériencevient à notre rescousse.

Lire la suite

 

Refus de mission à la déléguée à l'artisanat

Depuis qu’elle a connue l’heureuse aventure de se voir nommée à la tête du ministère du tourisme madame Zerhouni se plait a croire a un certain mythe de l’excellence qui lui  attribué les prouesses en collecte de bêtises car en effet, elle s’est découverte des talents de « superwomen ». C’est vrai qu’à ce titre, la ministre déléguée ne pourrait revendiquer aucune légitimité sur aucune missions a l’étranger ou ailleurs...


Madame Zerhouni peut bien parler de tout et son contraire, d’une façon intelligente ou irrationnelle, sans que personne ne se meuve, ni que le ciel ne lui tombe sur la tête. Il est  vrai que lorsqu’on s’appelle Zerhouni, la crise sur l’étique que vit notre pays reste avant tout une crise de son élite politique, personnel inquiétant de par son profil et sa culture intellectuelle, car quels types de pantins et autres acteurs grotesques et grossiers, proches justement de personnages de romans d’aventure n’avons-nous vus défiler à la tête de nos administrations publiques ces dix dernières années ?


Ainsi donc, notre ministre du tourisme peut verse dans une telle logorrhée qu’il est maintenant nécessaire d’en appeler à son sens de la retenue, celle qui confère sa dignité à une personnalité de son rang. Cette brève proposition est supposée lui apprendre ce qu’elle ignore, puisque le propre de l’ignorant, c’est justement d’ignorer qu’il ignore, comme celui du zèbre serait se porter des zébrures. Sans doute, médusés et gênés par ses envolées agitées, mêlées d’une arrogance rare, ainsi que par la démagogie renversante qu’elle sert volontiers à tous ceux qui acceptent de l’écouter, madame la ministre a dit en substance ceci : « On ne peut pas rendre un pays touristique par l’artisanat. Moi, je n’ai jamais compris comment l’artisanat permet à un pays d’augmenter son PIB ou de développer le tourisme… »
Mais bien avant, dans un cadre pas moins officiel mais plus restreint, notre ministre a laissé transpirer sa mauvaise humeur contre la décision de Monsieur Sella qui a mandate Madame la ministre déléguée a l’artisanat d’une mission a Lisbonne au Portugal dument refusée par Madame Zerhouni qui a usurpée et s’est rendue a sa place au salon international de l’artisanat !!!

Lire la suite

 

Page 1 sur 25