Météo El Djazair

Algérie: Le Coup de Coeur

Opinion:

1er Forum sur L’éthique et la responsabilité sociétale.

"Il se suffit pas en politique d'avoir raison: il faut encore que l'opinion vous soutienne."  Jean Guitton.
 Je vais brièvement définir deux termes sur : la «sécurité» et sur la «liberté».
D’abord la sécurité: Un individu est en sécurité s’il se trouve dans un état sans danger pour sa vie, son corps et sa propriété. Si les institutions démocratiques de l’État de droit sont fiables et fonctionnent constamment et si l’on dispose à tout moment d’une information indépendante et vraie.


Concernant la liberté: d’après Kant la dignité de l’homme c’est l’autonomie de sa volonté, et de sa liberté. Cette liberté est la base de toute constitution humaine et donc du principe de l’État démocratique et de l’État de droit. La liberté extérieure, c’est l’indépendance face à la volonté arbitraire d’un autre et de sa contrainte. La liberté intérieure se fonde sur la moralité et n’est pas atteignable sans morale. La perte de l’équilibre, l’arbitraire, la recherche du profit à court terme, la cupidité et l’abandon de toute responsabilité sont les traits caractéristiques les plus importants de notre situation actuelle. Que ce soient surtout nos élites quelque soit leurs « couleurs » l’irresponsabilité se profile dans cette attitude condamnable.


La considération du: «Œil pour œil – dent pour dent» - qui dans le fond est une déclaration qui demandait l’équilibre, est une proportionnalité que nous devrions garder dans la relation avec nos adversaires. C’est le début de cette juridiction obligatoire par Moïse sur le Sinaï qui a donné au peuple la sécurité de pouvoir vivre en liberté.

 

Quelques événements qui ont eu lieu ces dernières années sous les yeux du monde, dans un camp d’environ 10 000 réfugiés, tous des Palestiniens, dont le comportement douteux mais légitime, commettaient des vols et causaient quelques problèmes à la police locale. La raison en était la faim et la perte de leur patrie et de la liberté – Mais dans l’Allemagne d’après-guerre circulait ces mots: «Le vol de denrées alimentaires est permis». Donc, les réactions des Israéliens étaient démesurées à tous égards face a la tentative de survie des palestiniens. Pour arriver à plus de sécurité pour eux-mêmes, les Israéliens ont massivement restreint la liberté des habitants palestiniens, en partie à l’encontre du droit international. S’y ajoutaient d’autres restrictions comme par exemple : l’eau, les denrées alimentaires et les médicaments.

Lire la suite

 

Une sacrée émission.

Je souhaiterais faire un Postmortem à une émission radiophonique passée sur les antennes de la chaine 3 le 25 Avril, c’est-à-dire 2 jours après les assises sur le tourisme national. Lorsque je parle de Post mortem, je fais allusion à la tradition initiée généralement sur les émissions radio après que les produits soient sortis….


Après la clôture des assises, le producteur de l’émission a pris contact avec des responsables du ministère du tourisme. Les personnes entendues ensuite sur l’antenne  étaient : Kechroud D.G au ministère, Boukhlifa Said conseillé, un voyagiste du Sud et Mr Sahoun dont nous nous rappellerons toujours la droiture et l’efficacité commerciale dans ces engagements auprès des entreprises du tourisme. Je n’ai d’attache, ni de contact avec aucun des personnages de l’émission, mais une simple évaluation professionnelle qui date de mes années dans l’administration centrale du tourisme. Voici mes ressentis personnels sur cette émission un peu spéciale.


L’univers des médias, plus encore que celui de la politique, se prête souvent, on ne peut plus, à l’exercice du mensonge. Car pour sillonner, depuis maintenant près de cinquante ans, cette petite planète Algérie, où tout n’est que rumeurs, manipulations et désinformations, et aussi pour avoir été le témoin, depuis le début des années 80, des grandes et petites révolutions du paysage médiatique Algérien, je peux affirmer, sans risque, que les coulisses de la chaine 3 valent nettement sa devanture. J’espère ainsi, avec cette espace de libre expression, pouvoir éclairer certaines lanternes, de temps à autre. Pouvoir vous livrer, au fil de ces petites chroniques hebdomadaires, clés et commentaires. A vous également de me donner votre sentiment. De m’apporter vos éclairages, de nourrir ma réflexion. A vous de me zapper, s’il y a lieu. Ou de me blâmer, aussi, si l’humeur vous y incite.

Lire la suite

 

Une sacrée émission.

Je souhaiterais faire un Postmortem à une émission radiophonique passée sur les antennes de la chaine 3 le 25 Avril, c’est-à-dire 2 jours après les assises sur le tourisme national. Lorsque je parle de Post mortem, je fais allusion à la tradition initiée généralement sur les émissions radio après que les produits soient sortis….


Après la clôture des assises, le producteur de l’émission a pris contact avec des responsables du ministère du tourisme. Les personnes entendues ensuite sur l’antenne  étaient : Kechroud D.G au ministère, Boukhlifa Said conseillé, un voyagiste du Sud et Mr Sahoun dont nous nous rappellerons toujours la droiture et l’efficacité commerciale dans ces engagements auprès des entreprises du tourisme. Je n’ai d’attache, ni de contact avec aucun des personnages de l’émission, mais une simple évaluation professionnelle qui date de mes années dans l’administration centrale du tourisme. Voici mes ressentis personnels sur cette émission un peu spéciale.


L’univers des médias, plus encore que celui de la politique, se prête souvent, on ne peut plus, à l’exercice du mensonge. Car pour sillonner, depuis maintenant près de cinquante ans, cette petite planète Algérie, où tout n’est que rumeurs, manipulations et désinformations, et aussi pour avoir été le témoin, depuis le début des années 80, des grandes et petites révolutions du paysage médiatique Algérien, je peux affirmer, sans risque, que les coulisses de la chaine 3 valent nettement sa devanture. J’espère ainsi, avec cette espace de libre expression, pouvoir éclairer certaines lanternes, de temps à autre. Pouvoir vous livrer, au fil de ces petites chroniques hebdomadaires, clés et commentaires. A vous également de me donner votre sentiment. De m’apporter vos éclairages, de nourrir ma réflexion. A vous de me zapper, s’il y a lieu. Ou de me blâmer, aussi, si l’humeur vous y incite.

Lire la suite

 

Faut-il une loi contre les dérives des nominations abusives ?

Le récent cas de la nomination de HAFIANE Yacine, (agent immobilier du parc de COSIDER) comme Président directeur général de GESTOUR, a été la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Le ministre du tourisme qui l’a installé dans son nouveau poste à la tête de l’entreprise a été interprété comme un geste malencontreux par la plus part des professionnels.


Un blocage sous tension:
« C'est lamentable. Les gens du ministère ont-ils perdus la raison ?», c’est plaint un haut fonctionnaire du ministère ? Ce qu'ils ne disent pas, c'est que dans GESTOUR, personne n’est réellement rentable. Dans cette direction ou végètent divers responsables abrutis d’inertie et pourris par les complots creusés par le sombre SG Louanchi. S’ajoute la nomination d’un mafioso ramené par L’ex PDG Messaid Amine. Bien que tous les DG sont des privilégiés qui bénéficient d’un régime spécial qui leur permet de toucher des salaires trop élevés pour le peu de travail qu’ils fournissent, c’est quand même anormal de ramener à la tête de l’entreprise un type connu dans le secteur comme étant un aventurier. Il serait opportun de réclamer un organisme dépendant du ministère pour faire un inventaire complet sur tous les régimes spéciaux à travers toutes les entreprises touristiques dans notre pays, afin que tous les Algériens se rendent compte des inégalités qui existent, et que l'on puisse confirmer qu’il existe bien des agitateurs qui sont  largement privilégiés par rapport aux uns et aux autres. Nous n’avons qu’aligner certains DG comme celui de l’Aurassi ou de celui d’El Dja air comparativement à ceux des EGT Biskra, de celui de l’EGT Ouest ou de l’EGT Tamenrasset  « Ont a honte de travailler pour un secteur ou le piston des nominations se fait au grand jour maintenant. Le tourisme mérite de véritables techniciens si on veut sortir du marasme de la médiocrité et développer les services pour un tourisme interne, faut-il nous amener sur une civière ou qu’on se donne en spectacle pour la télé ? Faut-il pousser notre révolte jusqu'à ce que Les flics sortent les lacrymo et les matraques » ? « Des gens vivent comme des sangsues sur le dos de ce secteur et creusent l’insondable déficit du tourisme Algérien ».Fini par dire un DG d’une entreprise touristique.

 

Lire la suite

 

Page 1 sur 5