Météo El Djazair

Algérie: Le Coup de Coeur

L'editorial de Fayçal.M


Par Fayçal Maarfia

La bonne volonté ne suffit certainement pas composée d’une myriade de petites structures : associations, collectivités territoriales, établissements Hôteliers, Agences de voyages Etatiques le ministère du tourisme gagnerait à être mieux encadrée. Depuis presque 20 ans, L"Algérie s’y attache, sans réussir à créer un lien entre ses multiples structures et le décollage difficile du tourisme.

Faut-il Créer ou investir dans des associations agissant à l’étranger pour promouvoir la destination Algerie? Plus facile à dire qu’à faire. ” La bonne volonté est un élément important mais certainement pas suffisant “, confirment certains directeurs du tourisme, implantés en région Centre. Il y a une culture associative comme il y a une culture d’entreprise, une comptabilité spécifique, des procédures administratives et publicitaires à suivre … “Aujourd’hui encore, trop de gens n’osent pas se lancer parce qu’ils ne savent pas comment faire, ni par où commencer “. Nous savons  de quoi on parle. Lorsque le SNAV avait décide de créer son association pour aider les agences de voyages isolées du sud au Nord du pays, il ne connaissait  rien à la solidarité nationale ni au milieu associatif. La réponse à ses nombreuses questions, se  trouvent en grande partie prises dans un énorme piège. Y a qu’a voir ce qui s est passe sur le classement idiot des agences de voyages. Depuis sa création , il s’est donnée pour mission de fédérer et d’accompagner les structures associatives  de la région Centre qui souhaitent s’impliquer dans des actions de solidarité dans le pays et même en dehors, ” Notre première mission est d’informer “, explique le jeune fédéraliste et opportuniste du centre.  Mais plus les associations sont petites, plus elles sont isolées.”C est l exemple de celles qui existent au sud  L’idée est d’éviter les déperditions d’énergie et les mauvaises surprises en encourageant nos adhérents à partager au maximum leurs connaissances et expériences “. Seulement voila, les responsables du snav ne savent pas par ou commencer….
L’importance du réseau

Soutenu par le ministre, qui organise chaque année plusieurs dizaines de conférences e de formations pour diffuser l’information, faire comprendre les nouvelles réglementations du secteur, mais aussi provoquer les rencontres et l’échange, sur Toile de fond, il existe un système nerveux d association qui ne détiennent  pas même un site internet de valeur. Le seul est celui très pauvre de l Office National du Tourisme qui est inerte depuis sa création. Les internautes qui souhaitent une information les reçoivent au compte goute d operateurs étrangers plus aptes a dévier leurs clients sur L instable Tunisie ou l Egypte que sur l Algérie.  Ainsi aucun document ou  procédures à suivre pour  retrouve sur un site fiable, L Algérie. Résultats, Les acteurs de la coopération nationale touristique, dispersés à différents endroits du pays,  se rassemblent quelques fois pour échanger études ou approximative bonnes pratiques sur telle ou telle région de notre pourtant beau produit.
“On ne peut plus faire du tourisme à l’ancienne, déconnecté des nouvelles technologies “, justifient pourtant les peux de techniciens du ministère du tourisme. ” Dans le cas du séisme politique qui a frappé la Tunisie, nous aurions pu lancer un appel au réseau Français pour récupérer les touristes en attente, mais personne n y a pense. Nous aurions pu  faire la même chose lors de ce qui s est passe en Egypte avec la rapidité d’internet et les multi-connections qui permettent d énormes possibilités ca nous aurait permis de mutualiser les forces des associations autour de cette actions ciblées.” Mais ces dernières, comme le ministère ont encre prouver combien ils sont  inefficaces parce que justement chacun travail dans son coin.