Météo El Djazair

Algérie: Le Coup de Coeur

Tourisme

Après avoir stagné durant des années, avec respectivement des valeurs du point indice de -30 pour les agences de voyages et 70 pour l’hôtellerie, l’indice de confiance global (tous secteurs d’activité touristique économique confondus) clôture l’année 2017 avec le retrait de son ministre comme un malpropre au début d’une saison touristique hautement stratégique. Ramadhanesque et après Ramadhane.


Toutefois, la détérioration du climat des affaires durant ces dernières 15 années est à relativiser si on compare les occupations de ce poste politique par les différents acteurs passés , pratiquement tous les ministres passés étaient issus de l’Islamisme politique, qui par définition sont en rupture idéologique avec le développement culturel comme on l’entend et forcement contre le tourisme.

Cela fait donc longtemps que déjà l’indice de confiance du tourisme Algérien correspondant a toutes les négativités: Comparativement aux années 1970 comme aime a le souligner Mr Said Boukhlifa spécialiste stratégique du développement économique du tourisme. Cette négation va aussi pour les différentes foires a l’étranger qui n’a jamais porte de fruits ou les SITEV réalisés, non pour occuper la place nationale mais plus pour s’en débarrasser de l’image d’une Algérie riche en potentialités étonnantes, aux frontières extérieures du pays…le ralentissement de l’activité touristique a beaucoup plus affecté les agences du Sud et du grand Sud beaucoup plus qu’ailleurs au Nord de l’Algérie. C’est par la mauvaise manipulation politique entre autre, le cas de se ministre évincé en 78 heurs est un exemple frappant mais surtout par manque de savoir technique  de pratiquement tous les fonctionnaires actuellement en service de se ministère,  que le secteur du tourisme est au point de se laisser sombrer dans les mains de malfaiteurs et  propre à fermer délibérément ses portes laissés  a la déroute complète. Déjà que la population saisonnière est prises en otages par de différents plates-formiers carrément installes dans les différents points de ventes des agences de voyages, exporte frauduleusement des milliards de dinars Algériens transformés en devise couteuses qui auraient pu être bénéfiques au développement de se secteur mal en point.  L’indice de confiance, part la force des choses a d’autant plus baissé de sa valeur par le manque de professionnalisme et l’aventurisme du syndicat national aux mains d’un vieux transporteur cariste Bachir Djeribi qui n’a jamais su mettre de l’ordre dans ses propres rangs.  Se sont là  les raisons principales qui  font que le secteur des services demeure toujours dans le marasme.  En revanche, le secteur des réalisations est l’unique secteur, qui présente une meilleure conjoncture comme l’indiquent les statistiques, qui repasse dans la zone positive avec une valeur de +34 alors qu’il était a -39 il y a 10 ans. Par régions géographiques, on enregistre une baisse de 30 points dans les indices régionaux des hauts plateaux et Oasis  qui abritent plus d’industriels que de développement des services


Faycal Maarfia