Météo El Djazair

Algérie: Le Coup de Coeur

Nécessité de la méthode touristique a la manière de Mr Boukhlifa Said.

Tourisme des années 1970 ? Mon objection est fondée; mais si l'on faisait droit, on se heurterait à l'objection opposée, puisque c'est à l'aide d’une méthode appropriée qu'on peut vaincre les difficultés inhérentes au tourisme moderne.  Faut-il une nouvelle rencontre entre voyagistes pour repenser notre tourisme national différemment que par les idées euphoriques de l’ex-président du SNAV ?  Ou sommes-nous condamnes a un cercle vicieux. ?

Nullement, car nous ne sommes pas réellement dans ce double embarras de la révision des économistes spécialisés. Là, on s'adresse à des commençants,  ceux qui ne lisent pas de livres mais qui sont des hommes préparés par leurs expériences antérieures à comprendre et à juger la nouvelle méthode offerte par Mr Said Boukhlifa qui, nous l'espérons du moins, sera la justification du mode suivi pour soumettre une nouvelle optique économique à un examen approfondi de la situation jusque la, hasardeuse du tourisme Algérien. Sa mission ne consiste pas à enseigner une nouvelle science, mais à discerner, dans les doctrines ayant cours a travers le monde, réfléchies et attrayantes. Celles qui ont résisté à l'épreuve et qui portent réellement le cachet d’un tourisme responsable. Les méthodes de Mr Boukhlifa permettront d'atteindre ce but, j’en suis persuadé.  D'autant plus sûrement, que les nouvelles agences de voyages se distinguent plus par la méthode qu'elles professent que par celle qu'elles suivent réellement, et que les différences qui les séparent se réduisent souvent  à de simples nuances de forme, le fond de l’offre reste sensiblement le même a travers tout le pays.

Tunisie

Omra

Hadj

Maroc

Istambul


Lire la suite

 

Un SNAV flamboyant neuf.e

Le simulateur et révélateur du temps perdu depuis plusieurs années est enfin partie. Irresponsables comme le sont les enfants gâtés et fanatiques. Bachir Djeribi médiocre agent de voyages n’avais pas avance d’un pousse sur les programmes du SNAV depuis son existence vient d’être remplace par un fin professionnel SAID BOUKHLIFA qui remplace celui qui  s’était enlisé dans la solitude et le mépris de tous. Personnage machiavélique, Ce président professionnellement sale, laid, méchant, irritable, casanier, épileptique, névrosé, stupide, impuissant, incontinent, boutonneux, suicidaire, bordélique, crâneur, incompréhensible, malhonnête, débrayé, insolent, ridicule, inculte, inactif, hémorroïdaire, tatillon mais foutrement heureux vient enfin de lâcher sa prise mortelle au Tourisme et aux professionnels compétant !Voila en deux mots, une description timide ,ce qu’était le représentant du SNAV Algérie et protégé  minable du ministère du tourisme. Pauvre Tourisme.

Pas plus sexy qu’une version béta de Windows 98, ou à la porte d’entrée de l’hôtel Aurassi. Pas mieux que la  version Game Boy de n’importe quel jeu de la guerre des hypocrites et pas plus instructif qu’un logiciel de formation dans une agence d’intérim, Djeribi avait suscité l’incompréhension et le rejet de son entourage plongeant du coup un arrêt total d’un développement certain du tourisme créatif. Prétentieux bleu professionnellement sur un fond vert en 3D, et c’est la vie de tous les agences de voyages et d’un tourisme corrige qui en a pris un sacre coup !
Au club de cons, il prenait un malin plaisir à vivre sur leur dos, prônant que l’argent des cotisations étaient pour la publicité, toujours virtuelle…comme l’a été son adjoint aussi brillant, Hamia tours.
C
es symptômes à priori anodins mais dont ont souffert bien des agences du tourisme, sont en réalité partagés par la majorité du secteur toutes branches confondue.

Lire la suite

   

Air Algérie et l’héritage de l’arbitraire.

Gérer une flotte aérienne est certes un exercice difficile à assumer. Il est vrais que dans les pays les plus avancés, démocratiquement  j'entends, se manifestent bien des carences dans le domaine. Il n'y a donc pas a priori un modèle ou un schéma qui renferme en soit que des qualités ou points de faiblesses. Et puis, l'exercice politique même, n’amène- t- il pas ses acteurs même les plus chevronnés à se tromper? Qui ne sait jamais trompé dans sa vie ? Mais faut-il pour cela en rester au même point et "inflationner"l’entreprise aérienne et  les gens avec une rhétorique bon marché ?

Donc, au nom de la démocratie et d’un minimum d’honnêteté,  il serait  acceptable et même important que chacun dans cette compagnie aérienne et en dehors, puisse exprimer honnêtement son point de vue. N’aurait il donc pas été bon pour Monsieur le directeur général d’Air Algérie, pour que nous puissions vraiment avancer, qu’il y est une réelle volonté de sa part et de celle de tous ces collaborateurs de voir naître finalement dans notre pays une véritable relation commerciale de confiance, que nous puissions adopter, les uns vis a vis des autres, avec un sens de rigueur dans notre raisonnement ? Ne serait-il pas bon aussi que nous puissions avoir un sens d'équilibre dans notre jugement sur les services d’Air Algérie  jusque la catastrophiques, et pourquoi pas dans la façon même de présenter les choses ?

Je pourrais me tromper grandement bien sur mais, il m'arrive parfois de ne rien comprendre devant certaines situations qui alimentent nos forums, tant, de pirouettes pour expliquer très simplement l’incapacité de cette compagnie aérienne devant le recrutement de son personnel commercial approximatif, de bord étourdie et mal-élevé, des services de son Catering écœurant a vomir depuis trop longtemps et de leurs arrogance en générale.

Lire la suite

 

L’impardonnable désorganisation Touristique au grand Sud.

L’Autorité ministérielle dirigée par Mr le Nouveau Ministre et son directeur général, revient encore une fois aux pratiques détestables qui conduisent a ré=écouter les dolences des Agences du Grand Sud.  Les représentants du SNAV locaux sur le sort des comportements négatifs sur les peintures et gravures rupestres ainsi qu’aux difficultés liés au transport Aérien et aux facilitations d’invitations et visas par les consulats a l’etranger.  Ainsi les agences du Tassili comme celles du Hoggar ont respectueusement étales l’essentiel de leurs revendications et difficultés a l’exercice de leur activités pour la millième fois, toujours les mêmes.

La seule nouveauté est la question à traiter sur l’opportunisme des nombreuses agences illégales qui transportent sans aucune précaution sécuritaire, ni culturelle, des groupes de touristes nationaux sur des sites protégés lier au respect de l’environnement, controverses bien connus déjà depuis longtemps lorsque <wagon-tours. Allemagne, et les groupes d’Italiens> dégradaient les peintures du Tassili. Ces pseudos-agences qui préfèrent ignorer la présence des autorités locales et autres autorisations du parc du Tassili sont évidement pour éviter la question embarrassante sur la déclaration de leur statues réels ou supposes du fait qu’elles n’ont en pas.

Lire la suite